Remise du rapport sur les villes intelligentes au Premier Ministre

17992278_10155916616064298_3438206377491013104_n

 

Après plus de 170 auditions menées, 17 territoires visités, 53 entreprises rencontrées dont 17 startups, déplacement dans 11 tiers-lieux, j’ai rendu mon rapport sur l’avenir des villes intelligentes en France auprès du Premier Ministre. Composé de 25 propositions pour améliorer l’utilisation des infrastructures publiques, des services pour les usagers et la décision publique, ce rapport se veut inclusif où chaque citoyen doit avoir sa place.

PAGE COUVERTURE RAPPORT

 

 

 J’ai eu l’occasion, en rapportant ces deux textes de loi mais aussi dans mes fonctions d’élu municipal, de toucher à différentes briques de la smart city mais sans jamais avoir une approche complète. Ce rapport permet de développer cette vision globale. 

Je n’ai qu’une ambition : produire un rapport utile, pour les territoires, pour l’État qui les accompagne et pour nos entreprises, grandes et petites. 

Le rapport ne vise pas à définir ce qu’est une smart city ; il dit même qu’il n’y a pas un modèle unique car la seule ville véritablement intelligente est celle qui répond aux attentes des habitants. Cependant, quel que soit le projet, trois principes directeurs doivent guider les territoires.

Principe n°1 : Organiser une réelle gouvernance

Seule une structure de gouvernance associant a minima élus et administration, et plus efficacement l’enseignement supérieur et les acteurs économiques, permettra de sortir des politiques de silos pour aller vers une réelle transversalité.

Principe n°2 : Assurer la souveraineté, éviter la privatisation de la ville

Tous les niveaux de décisions doivent s’approprier les enjeux de souveraineté pour s’assurer que les territoires gardent la maîtrise de la donnée, des outils, des applications smartphone et des logiciels métiers. La standardisation et la réversibilité doivent, notamment, être des préalables.

Principe n°3 : Garantir une ville inclusive

Donner une place à chaque citoyen, sans fracture numérique, territoriale ou sociale. Dans une vraie logique d’empowerment le mettre au cœur des projets en passant d’une approche centrée usager (user centric) à une approche centrée citoyen (citizen centric).

 La smart city c’est passer de la ville Informatique à la ville Numérique. Il s’agit de construire une ville collaborative, contributive, disruptive, inclusive et créative. 

Le rapport est consultable et téléchargeable. Cliquez sur le lien ci-dessous:

Rapport Smart City Luc BELOT Avril 2017 Définitif

Suivez mon actualité sur les réseaux sociaux
Abonnez-vous
Sur le