Luc Belot, votre député

20483_10205058955568069_4650021575308598897_n

Né à Niort le 6 septembre 1974, vit à Angers.
Député de la première circonscription de Maine-et-Loire – ANGERS-NORD, depuis le 17 juin 2012.
Membre de la commission des Lois de l’Assemblée nationale
Rapporteur de la loi pour une République numérique
Membre suppléant du conseil national du numérique
Conseiller Municipal à la ville d’Angers – groupe “Aimer Angers”
Conseiller communautaire de la communauté d’agglomération – Angers Loire Métropole

Son parcours

Luc Belot a suivi des études d’histoire à l’UFR Lettres, Langues et Sciences humaines à Angers où il s’est beaucoup investi au sein du premier syndicat étudiant de France l’UNEF-ID dont il fut le président de la section locale puis Vice-Président Etudiant au sein du conseil d’administration de l’université d’Angers. Il a ensuite suivi un cursus en économie sociale à l’IUP de l’université du Maine au Mans.
Il s’engage au sein de structures associatives en tant qu’administrateur d’un centre social puis en tant que Président d’une association étudiante où différents services étaient proposés aux étudiants.

Directeur de campagne de Jean-Claude Antonini, Maire d’Angers, lors des élections municipales de 2001 et 2008, il est recruté en tant qu’attaché parlementaire auprès du Sénateur socialiste de Maine-et-Loire, Daniel Raoul de 2001 à 2012. Il est élu conseiller municipal en 2001 et adjoint au maire en 2008 à la suite de la réélection de Jean-Claude Antonini. À la suite de la démission de ce dernier, en janvier 2012, Luc Belot soutient en interne, la candidature de Frédéric Béatse, pour succéder à Jean-Claude Antonini, qui sera élu par le conseil municipal.

En juin 2012, il est élu à la première circonscription de Maine-et-Loire, tenue depuis 1968 par Jean Narquin puis en 1988 par sa fille, Roselyne Bachelot. Il démissionne ensuite de sa fonction d’adjoint au maire de la ville d’Angers.

Education

L’expérimentation de la semaine de 4,5 jours à Angers

Élu adjoint à l’éducation de la Ville d’Angers en mars 2008, Luc Belot intègre le bureau du Réseaux français des villes éducatrices en 2008. Suite à l’annonce du décret Darcos de juin 2008, qui supprime l’école le samedi matin, il engage une concertation auprès des acteurs de l’éducation de la ville, qui débouche sur le lancement d’une expérimentation à Angers de la semaine de 4,5 jours.

Une école maternelle et élémentaire angevine, l’Isoret, s’engage avec la ville d’Angers dans l’élaboration d’un nouvel aménagement des temps scolaires et péri scolaires à la rentrée 2010. Ce nouvel aménagement évalue le rythme scolaire sur la semaine de 4,5 jours incluant le mercredi matin. Membre du Réseau français des villes éducatrices, la ville d’Angers s’inscrit dans la réflexion sur la cohérence et la complémentarité des différents temps de l’enfant (scolaires, péri et extra-scolaire). Aux côtés des villes de Grenoble, Toulouse, Brest, Lyon, Nevers et Belfort, elle fait figure de pionnière en s’engageant dans une expérience privilégiant l’école le mercredi matin.

Lors de la campagne présidentielle 2012, Luc Belot rejoint le groupe travaillant sur ces questions dans l’équipe de campagne du candidat François Hollande, qui annonce dans ses 60 propositions une grande réforme de l’école et des rythmes scolaires.IMG_0579

Le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, lance de juillet à octobre 2012, une concertation sur la Refondation de l’école incluant nouvel aménagement des temps scolaires et périscolaire. La loi d’Orientation et de programmation de l’école est votée en mars 2013 à l’Assemblée nationale.

En octobre 2013, Luc Belot est nommé membre du Conseil supérieur des programmes par Vincent Peillon, alors Ministre de l’Éducation nationale.

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015, Luc Belot dépose un amendement pour soutenir financièrement, pour une année supplémentaire, les communes qui ont rédigé un projet éducatif de territoire (PEDT). Cette aide de l’État, appelé fonds d’amorçage, arrivait à échéance à la fin de l’année scolaire 2014-2015.

Un service public numérique dans les écoles

Dès le début de sEcole La Blancheraie 22062015on mandat de député en juin 2012, il défend la nécessité d’un service public numérique dans les écoles et le développement des activités périscolaires, prolongeant le service public de l’éducation.

À la rentrée 2014, dans le cadre de la mise en place des nouveaux temps dans toutes les communes, Luc Belot propose aux collectivités et aux écoles de sa circonscription de financer des malles pédagogiques par le biais de la réserve parlementaire 2014, et des équipements numériques par celle de l’année 2015. Chaque année il publie sur son site internet la répartition de la réserve parlementaire.

Numérique

Dès la fin des années 1990, Luc Belot investi la thématique du numérique en participant à la création des premières salles multimédia à destination des étudiants dans tous les campus de l’Université d’Angers.

En 2000, il créé et est Président d’une association d’envergure nationale nommée « Internautes » qui a pour objet de « favoriser l’accès à Internet et aux outils multimédias, par l’ouverture de lieux spécifiques et l’organisation de séances de formation ; de défendre les intérêts des utilisateurs d’Internet, notamment en lesinformant et en les regroupant ».

Dès 2008, en tant que délégué à l’Éducation enfance et petite enfance de la ville d’Angers, il fait du numérique éducatif une priorité. De 2011 à 2014, Luc Belot sera en charge de l’aménagement numérique du territoire d’Angers Loire Métropole. Il organisera notamment l’arrivée de la Fibre Optique dès 2013, avec un calendrier de déploiement pour les 33 communes avant fin 2020. Il porte également, en 2012, le plus gros projet en France d’équipement en tablettes numériques : les 34 écoles primaires d’Angers sont alors dotées de 1300 tablettes.

Dès 2012, en tant que député, LucBelot travaille aux côtés de Fleur Pellerin, alors Ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique, sur le numérique éducatif et plus largement sur le projet de Nouvelle France industrielle mis en place par Arnaud Montebourg : 34 plans de reconquêtes qui représentent, d’après François Hollande, « les contours de la société de demain, de nouvelles manières de nous déplacer, de nouvelles manières de nous loger, de nous soigner, de nous transporter, de nouvelles manières de produire, de consommer, de nous nourrir, de nous habiller et même de fabriquer ».

20140626 NYC Teddy GoffIl poursuit ce travail auprès d’Axelle Lemaire, nommée Secrétaire d’État chargée du Numérique en 2014. Lors de la Connected Conference en juin 2014, celle-ci présente le projet de création de la première Cité de l’Objet Connecté à Angers, un projet industriel défendu par Luc Belot.

En juin 2014, Luc Belot fait partie de la délégation française pour assister à la « French Touch Conference », qui rassemble les startups numériques françaises, à New-York, aux côtés de Fleur Pellerin, à l’époque, ministre déléguée aux Petites et moyennes entreprises, à l’Innovation et à l’Économie numérique, et d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique.

En janvier 2015, il participe au Consumer Electronics Show de Las Vegas dans la délégation d’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie et Axelle Lemaire.

En mars 2015, il est le seul député français à participer au Global Privacy Summit de Washington, sommet mondial sur les questions des données personnelles largement connectées aux thématiques de l’éducation, des entreprises et start-ups ou encore aux questions de sécurité.

Luc Belot se spécialise sur les questions numériques et travaille plus spécifiquement sur le Big Data et les données personnelles, intervenant à différents colloques et rencontres sur ce sujet telles que les 6èmes Rencontres parlementaires pour l’Économie numérique.

IMG_2173En juin 2015, la Cité de l’objet connecté, projet porté par les industriels du territoire et notamment Eolane est inaugurée à Angers. Luc Belot soutient ce projet depuis janvier 2014, lors du lancement de l’appel à projets “Objets connectés” du programme national “Nouvelle France industrielle”. Lors de l’inauguration de la Cité de l’objet connecté, le Président de la République François Hollande annonce qu’Angers aura le label French Tech. Cela est confirmé par Axelle Lemaire le 24 juin 2015 : Angers obtient le label French Tech avec la spécialité thématique IoT (objets connectés).

Luc Belot est par ailleurs nommé secrétaire national-adjoint du Parti socialiste au numérique en juin 2014.

Il est également désigné Vice-président du groupe d’études parlementaire “Industrie du drone” en janvier 2015.

Il devient membre-suppléant du Conseil National du Numérique en juin 2015, qui a pour mission de formuler de manière indépendante et de rendre publics des avis et des recommandations sur toute question relative à l’impact du numérique sur la société et l’économie. Il peut être consulté par le Gouvernement sur tout projet de disposition législative ou réglementaire dans le domaine du numérique.

Mandats…

…nationaux

  • Depuis le 17 juin 2012 : député de la Première circonscription de Maine-et-Loire

A l’Assemblée nationale il est :
– membre de la commission des Lois depuis octobre 2014, après avoir été membre de la commission des Affaires culturelles et de l’éducation;
– membre suppléant de la commission supérieure de codification de l’Assemblée nationale, chargée d’étudier la codification et la simplification des textes législatifs et réglementaires depuis décembre 2014 ;
– membre de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi pour la croissance et l’activité, présenté en Conseil des ministres le 10 décembre 2014 par Emmanuel Macron, ministre de l’Économie;
– vice-président du groupe d’études parlementaire “Industrie du drone” depuis janvier 2015.

  • Membre suppléant du Conseil National du Numérique depuis juin 2015.

…locaux

  • Depuis avril 2014 : Conseiller Municipal d’opposition de la ville d’Angers.
  • Depuis avril 2014 : Conseiller communautaire de la Communauté d’agglomération Angers Loire Métropole.
  • Septembre 2012 – Mars 2014 : Conseiller Municipal de la ville d’Angers  délégué aux temps de l’enfant.
  • Décembre 2011 – Avril 2014: Vice-Président de la Communauté d’agglomération Angers Loire Métropole en charge des réseaux de transport publics (bus, tramway) et de l’aménagement numérique du territoire.
  • Mars 2008 – Septembre 2012 : Maire-adjoint de la ville d’Angers en charge de l’Éducation, de l’Enfance et de la petite enfance.
  • Mars 2008 – Décembre 2011 : Vice-Président de la Communauté d’agglomération Angers Loire Métropole en charge des affaires scolaires.
  • Mars 2001 – Mars 2008 : Conseiller Municipal de la ville d’Angers.

photo 2

Suivez mon actualité sur les réseaux sociaux
Abonnez-vous
Sur le