Les abattoirs en France : questions/réponses

12094_179_0

Suite à la publication de vidéos tournées dans certains abattoirs français, voici quelques réponses aux questions légitimes  que se posent citoyens et consommateurs.

Comment le ministère réagit-il à la mise en ligne sur Internet de vidéos tournées dans certains abattoirs qui montrent des actes de maltraitance envers des animaux (Alès, Le Vigan notamment) ?

Stéphane LE FOLL a régulièrement condamné avec la plus grande fermeté ces pratiques intolérables.

Dans le cas particulier de l’abattoir du Vigan, une enquête de la Brigade nationale d’enquête vétérinaire et phytosanitaire a été immédiatement diligentée afin de mettre un terme à ces pratiques inacceptables, de faire toute la lumière sur les faits dénoncés et de déterminer les responsabilités.

Lorsque la justice est saisie en parallèle, le Procureur de la République peut également faire appel à la Brigade d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires pour appuyer l’enquête judiciaire.

 

Combien y a-t-il d’abattoirs en France ?

On compte 263 abattoirs de boucherie (bovins, ovins, caprins, porcins, équins) avec une production annuelle totale de 305 millions de tonnes. Cette production totale recouvre une grande disparité de volume entre abattoirs (de 10 à plus de 200 000 tonnes).

 

Quel est le rôle des services vétérinaires dans les abattoirs?

La mission des services vétérinaires au sein des abattoirs comporte deux volets : la sécurité sanitaire des viandes produites et la protection des animaux abattus.

Pour assurer cette mission, les services vétérinaires sont présents en permanence au sein des établissements d’abattage. 2 155 agents des DDPP (directions départementales de la protection des populations) sont mobilisés sur cette mission. Toute non-conformité constatée fait l’objet de suites administratives ou pénales adaptées.

En 2014, pour les suites administratives : 104 avertissements, 60 mises en demeure et 2 suspensions d’agrément sanitaire.

S’agissant des suites pénales, elles sont effectuées localement par les parquets compétents.

 

Quelles sont les instructions du ministère chargé de l’agriculture ?

Le ministère chargé de l’agriculture attache une très grande importance à l’inspection des abattoirs de boucherie et plus particulièrement au volet de la protection animale.

Une instruction formelle a été adressée par le Ministre chargé de l’agriculture à tous les Préfets le 3 novembre 2015. Elle annonçait, en particulier, le déploiement d’un dispositif d’accompagnement technique et de supervision des inspecteurs en abattoir par des référents nationaux. Cette action a été mise en œuvre. Ainsi, en plus des inspections permanentes qui sont réalisées, tous les abattoirs de boucherie seront supervisés dans un délai maximal de 3 ans.

Par ailleurs, un Comité national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétal (CNOPSAV) se réunira fin mars pour décliner la feuille de route de la stratégie nationale bien-être animal, élaborée ces derniers mois avec tous les acteurs (professionnels, associations de protection animale, services de l’Etat) et définir les actions concrètes à déployer sur le terrain.

 

Faut-il une commission d’enquête parlementaire sur les faits révélés par les vidéos de L214?

Le fait de diligenter une commission d’enquête parlementaire sur le sujet relève du Parlement. Dans ce cadre, le Ministre ou les services de l’Etat sont entendus et répondent, c’est le sens du contrôle parlementaire.

Suivez mon actualité sur les réseaux sociaux
Abonnez-vous
Sur le