La situation insoutenable des réfugiés

” La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde “. Nous avons l’habitude d’entendre cette citation de Michel Rocard, en oubliant la seconde partie de sa phrase ” mais elle doit en prendre sa part “. C’est bien tout l’enjeu qui nous attend.  Il y a des demandes de migrants économiques, et ne pouvons les accueillir tous, et les réfugiés qui fuient les guerres, les tortures, les assassinats, là l’Europe doit s’organiser en grande urgence.

Des milliers de victimes ont péri depuis le début de l’année. Ces hommes et ces femmes, avec leurs familles, fuient les persécutions. Ils ont besoin de la protection internationale. Elle leur est due. François Hollande et Angela Merkel ont décidé, jeudi 3 septembre, d’une initiative sur la situation des réfugiés qui cherchent à rejoindre l’Europe.

Nous allons tout d’abord agir immédiatement pour faire face à l’urgence et apporter une protection à ceux qui en ont besoin : organiser l’accueil des réfugiés, mettre en place des quotas contraignants au sein de l’Union Européenne pour se partager les devoirs, car c’est le principe de solidarité qui a prévalu à sa construction.

Mais nous devons également agir sur le long terme : rapprocher les normes pour renforcer le système d’asile européen, assurer le retour des migrants irréguliers dans leur pays d’origine, et apporter notre coopération aux pays d’origine et de transit.

Notre objectif reste de faire en sorte que des hommes et des femmes ne soient plus contraints de fuire leur pays et de monter des embarcations de fortune pour sauver leur vie. L’Union européenne doit agir de manière décisive conformément à ses valeurs.

Suivez mon actualité sur les réseaux sociaux
Abonnez-vous
Sur le