Encourager une année de césure pour les étudiants

ETUDIANTS 2

Le jeudi 23 juillet 2015, une circulaire du Ministère de l’Éducation nationale et du Secrétariat d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a officialisé une promesse de campagne de François Hollande : permettre aux étudiants de prendre une année de césure au cours de leur cursus tout en conservant le statut d’étudiant.

En effet, bien que cela soit répandu dans les pays anglo-saxons, la césure est relativement peu utilisée en France puisque les étudiants perdent leur statut et ont souvent du mal, par la suite, à justifier cette année. L’Association Animafac plaide en faveur de cette césure depuis plusieurs années, faisant valoir que “les parcours atypiques sont stigmatisés au lieu d’être valorisés, ce qui peut créer un sentiment d’échec très fort chez un grand nombre d’étudiants “.

Une préoccupation qui a été entendue et qui est désormais encadrée par la récente circulaire. Pouvant aller de six mois à un an, cette césure est définie comme étant la suspension des « études pendant une période pouvant aller de 6 mois à un an afin de vivre une expérience personnelle, professionnelle ou d’engagement en France ou à l’étranger. Elle contribue à la maturation des choix d’orientation, au développement personnel, à l’acquisition de compétences nouvelles ».

Les conditions sont multiples pour bénéficier de cette césure, puisque, notamment, l’étudiant s’engage à reprendre son cursus universitaire après cette pause. Cela est sur la base unique du volontariat et permet, à un âge où l’orientation est souvent difficile à choisir, de faire un point. Il s’agit donc véritablement de permettre aux jeunes français de bénéficier de toutes les options possibles pour qu’ils puissent prendre la voie la plus adéquate pour eux.

La France ouvre enfin cette possibilité aux étudiants. Nul doute que cela devrait permettre à nombre d’entre eux de se focaliser sur leurs ambitions principales et de murir un projet personnel, avec à la clé surement des jeunes plus confiants dans leur avenir professionnel.

Suivez mon actualité sur les réseaux sociaux
Abonnez-vous
Sur le