60 000 demandeurs d’emploi de moins en mars 2016

poleemploi-960x430

La France connaît aujourd’hui la première baisse trimestrielle significative, depuis le dernier épisode de reprise de 2010/2011, du nombre de demandeurs d’emploi. En effet, ce nombre a diminué de près de 50 000 depuis le début de l’année, soit une baisse de 1,4 %. Ce chiffre suit une période de stabilisation marquée par l’alternance de hausses et de baisses mensuelles fortes, depuis l’été dernier.

Une baisse record depuis septembre 2000

Cette baisse du nombre de demandeurs d’emploi concerne la catégorie A. Cela signifie que ces personnes n’ont eu aucune activité professionnelle en mars 2016 et quelles sont en recherche active d’un emploi. Il existe cependant quatre autres catégories de demandeurs d’emploi :

  • Catégorie B : personnes ayant exercé une activité réduite de 78 heures maximum par mois, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.
  • Catégorie C : personnes ayant exercé une activité réduite de plus de 78 heures par mois et en recherche active d’un emploi.
  • Catégorie D : personnes sans emploi, qui ne sont pas immédiatement disponibles (personnes en formation, malades…).
  • Catégorie E : personnes pourvues d’un emploi, non tenues d’accomplir une recherche active d’emploi.

Le chômage recule en Maine-et-Loire

Les Pays-de-la-Loire connaissent eux aussi une forte baisse du chômage avec 172 200 demandeurs d’emploi en moins. Le Maine-et-Loire connaît quant à lui une baisse de 3,5 %, soit 1 440 chômeurs de moins par rapport à février 2016.

Nous devons la baisse du nombre de demandeurs d’emploi sans activité à l’amélioration de l’activité économique qui s’est déjà traduite par une reprise des créations d’emploi en 2015, grâce notamment aux effets du Pacte de responsabilité et de solidarité.

Le dispositif « Embauche PME » joue également un rôle important dans la relance économique. Il a permis d’aider les entreprises dans la création de 225 000 emplois depuis le mois de janvier 2016. Les déclarations d’embauche dans les entreprises de moins de 250 salariés ont enregistré, au premier trimestre, une progression de 4,7 % pour les embauches en CDI et de 20,5 % pour celles en CDD de plus de 6 mois. Mi-mars, le Maine-et-Loire comptait 1 322 recrutements grâce à ce dispositif. L’objectif est de dépasser prochainement le seuil des 2 000 recrutements, sur notre territoire.

Le second volet du Plan d’urgence pour l’emploi, se traduit d’ores et déjà par la signature de douze conventions avec les régions, garantissant un doublement du nombre d’actions de formations ouvertes aux demandeurs d’emploi. Les 500 000 formations supplémentaires permettront aux personnes cherchant un emploi de saisir les opportunités offertes dans les métiers qui peinent aujourd’hui à recruter et dans les secteurs d’avenir. 

A compter du 3 mai prochain, nous débattrons, à l’Assemblée Nationale, du projet de loi travail. Ce texte viendra compléter les actions déjà mises en place, par des mesures structurelles favorisant le développement de l’emploi durable, en améliorant la compétitivité des entreprises et en créant de nouveaux droits pour les salariés.

Ces chiffres démontrent que la relance économique s’installe actuellement en France. J’encourage donc l’ensemble des forces vives du territoire à continuer leurs efforts pour l’emploi et le développement économique.

Graphique chômage

Suivez mon actualité sur les réseaux sociaux
Abonnez-vous
Sur le